Bâtiment de débarquement de chars Bidassoa

Bâtiment de débarquement de chars Bidassoa

Ce bâtiment de transport opérationnel porte le nom d’un petit fleuve côtier séparant la France et l’Espagne à travers le pays basque et que bordent les communes d’Urrugne, d’Hendaye et de Biriatou qui en ont accepté le parrainage à sa naissance en 1961. Lancé en décembre 1960, la marraine en fut Madame Viaud, belle fille de Pierre Loti. Pour les cérémonies de parrainage du 1er au 5 juillet 1961 étaient associées les autorités espagnoles de Fontarabie, d’Irun et de Vera de Bidassoa ainsi que celles de la station navale espagnole Ce bâtiment est le cinquième et dernier du type.


Le BDC Bidassoa en rade de Toulon (1986).

Le BDC Bidassoa a été basé à Lorient à partir de février 1964, puis à Toulon en 1983. Il a navigué principalement en Méditerranée et le long des côtes d’Afrique occidentale. Il a même été jusqu’en Amérique du Sud, aux Antilles et aux Etats-unis ainsi qu’en Océan Indien.

Il a participé à de nombreuses missions opérationnelles de soutien de nos forces terrestres engagées notamment en Tunisie et en Algérie, au Liban pour l’ONU, en Côte d’ivoire et au Cameroun (pour nos éléments stationnés au Tchad) ainsi qu’à Madagascar et à la Réunion. Au titre de la coopération avec les pays africains il a pris part en outre régulièrement à de grands exercices amphibies franco-sénégalais.

La Bidassoa quitte Lorient le 24 mars 1978 pour Beyrouth (Liban) où elle arrive le 6 avril 1978, en transport de 50 automitrailleuses légères et de 90 militaires du RICM de Vannes composant un des premiers détachements des casques bleus français de la FINUL. 
Ensuite hydrographie sur la côte libanaise dans la région de Sour (Tyr) du 7 au 17 avril 1978.

1979 : L’activité du premier trimestre est marquée par une nouvelle mission au Liban. On retrouve la Bidassoa devant Beyrouth avec l’EDIC 9096 le 14 mars. Le bâtiment est de retour à Lorient le 2 avril.

La Bidassoa quitte Toulon vers le 3 ou 4 septembre 1983, puis rallie la zone Liban le 8 septembre.

1983 : Opération Olifant au Liban (8 au 29 sept 1983) avec escale à Chypre, et peut-être à Beyrouth.

2 au 18 novembre : Chypre, Liban.

Le 27 novembre 1986, retentissait le dernier « Terminé barre et machines ! », à l’issue de sa dernière sortie en mer. Au cours de sa carrière ce BDC a parcouru l’équivalent de 18 tours du monde (plus de 400.000 nautiques) et effectué plus de 300 plageages sur les rivages de l’Atlantique et de la Méditerranée et en Océan Indien.

Désarmé à Lorient le 12 décembre 1986, il est condamné le 6 avril 1987 (n° de condamnation Q 655), et conduit en novembre au cimetière de Landevennec. Sa coque sert de cible de tir le 19 septembre 1989 aux bâtiments de l’Escadre de l’Atlantique et aux Super-Etendard de l’Aéronautique navale à l’issue de l’exercice Sharp Spear. La Bidassoa repose depuis ce jour au fond de la mer d’Iroise. C’était le premier bâtiment de la flotte française à porter ce nom.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s