Frégate Courbet

Frégate Courbet

Construit au chantier DCN Lorient et mis en service en 1997, le Courbet est le troisième des bâtiments de la classe La Fayette, qui se sont vus concéder le titre de « frégates furtives » de part l’importance accordée à la réduction de leur signature radar et acoustique.

Ces frégates étaient initialement conçues pour être déployées hors Europe, en soutien à une force d’intervention ou en protection du trafic commercial. Mais leur doctrine d’emploi a toutefois évoluée au fil du temps, en prenant en compte leur furtivité, qui les rend particulièrement aptes à être déployées, de manière isolée, en soutien d’opérations spéciales, notamment en ce qui concerne la lutte contre le narcotrafic et la piraterie.

Le Courbet a connu bien des cieux différents : l’Asie où l’a conduit sa traversée de longue durée en 1996-97, la mer du Nord et l’Afrique de l’Ouest (1997), la mer Noire (2000) et bien sûr l’océan Indien pour plusieurs missions de surveillance (1998, 1999, 2001, 2003, 2005, 2006, 2008).


La frégate Courbet à la mer (2008).

Huit jours seulement après les attentats du 11 septembre 2001, ce bâtiment est envoyé en mer d’Oman, en soutien de l’opération de lutte anti-terroristes Enduring Freedom.

Mais c’est lors d’opérations contre la piraterie, que le Courbet a connu le plus de succès. Ainsi en janvier 2006, il s’est porté au secours du cargo turc Osman Mete, attaqué par des pirates au large de la Somalie.

En septembre 2008, dans la même région, il a servi de base à une opération spéciale permettant la libération de deux français pris en otage sur le voilier Carré d’As.

Enfin, en Méditerranée, le Courbet a effectué trois missions au Liban (2006-2008), où, en 2008, intégré à une force multinationale sous l’autorité des Nations-Unis, son équipage a porté, pour la première fois dans l’histoire de la Marine française, le béret bleu de l’ONU.

Composante de la Force d’Action Navale, le Courbet est basé à Toulon. Il a pour ville marraine Angers depuis le 19 mai 1999.

2006:

2006 : Piraterie en Somalie – Mission au Liban

Du 1er au 7 janvier, le bâtiment est à Mascate (Sultanat d’Oman), puis du 15 au 23 janvier à Dubaï (Emirats Arabes Unis), cette dernière escale se concluant par un passex avec la marine émirati.


L’équipage du cargo Osman Mete a eu chaud. Remarquez l’impact de balle sur la vitre passerelle (27 janvier 2006).

C’est aussi au cours de cette escale, que le 17 janvier 2005, le capitaine de frégateJean-Michel Barcelo prend le commandement du bâtiment.

Le 27 janvier, cargo Osman Mete, battant pavillon turc, en transit entre Durban et la Turquie, estattaqué par une embarcation rapide de pirates armés d’un lance-roquette et d’armes automatiques, au Nord-Est de la Somalie. Les pirates ouvrent le feu sur la passerelle du cargo turc. Le cargo émet un appel de détresse qui est reçu par le Courbet en patrouille dans le cadre de l’opération Enduring Freedom.

L’intervention coordonnée de la frégate et de son hélicopère Panther/36F permettent de mettre en fuite les assaillants.

Le 29 janvier, la prise en charge d’un blessé, le chef machine du M/V Feng Jung 16venant d’être libéré par les pirates, conduit le Courbet a effectuer un transit à vitesse élevée vers les Seychelles. La fin de cette évacuation sanitaire se fera par l’hélicoptèrePanther le 31 janvier.

Le bâtiment est en escale à Port Victoria (Seychelles) du 1er au 7 février. Plus au sud, le Courbet rejoint Mombasa, où il relâche du 21 au 27 février, puis effectue un passex avec la marine kenyane. Du 9 au 14 mars, il est à Djibouti. Une dernière patrouille en mer Rouge commence le 21 mars. Le 26 mars, le Courbet franchit à nouveau Suez, dans le sens nord-sud cette fois. Il est de retour à Toulon le 31 mars.

Dans la brousse au Kenya (13 mars 2006).
A la mer.

Arrivée à Beyrouth au poste de combat (5 octobre 2006).

Après une période de permissions-gardiennage (15 au 30 avril), le Courbet effectue une courte mission au Maroc, à l’occasion de la revue navale pour le cinquantième anniversaire de la création des forces armées marocaines. Il relâche à Agadir du 12 au 17 mai. Outre le Courbet, des bâtiments de nombreuses nationalités y sont présents : chasseur de mines Bellis (Belgique), frégate Sutherland (Grande-Bretagne), porte-hélicoptère Saïpan (USA), frégate Alvaro de Bazan (Espagne), frégate Cdt Borsini (Italie), voilier école Sagres (Portugal), frégate Hassan II (Maroc), pétrolier ravitailleur Meuse(France).

De retour au port base le 22 mai, une période d’entretien (IE) du 29 mai au 21 juillet, est suivie par les permissions d’été.

Le 15 juillet, à la suite de l’enlèvement par les chiites libanais du Hezbollah de deux soldats israéliens et de la mort de trois autres dans la même attaque, Israël lance une offensive aérienne et maritime au Liban d’une ampleur sans précédent depuis 1996. Un blocus général est opéré.

Comme en 1982, une noria va s’établir entre Larnaka (Chypre) et Beyrouth pour évacuer les ressortissants. C’est pourquoi la marine française met en place des moyens maritimes importants dans le cadre de l’opération Baliste (Jean de VienneSirocoCommando Hubert,MistralJean BartMontcalmFoudre). Un cessez-le-feu intervient le fin août. Israël lève le blocus maritime du Liban qu’elle imposait jusqu’alors.

Le Courbet quitte Toulon le 11 septembre, et prend la relève du Montcalm à Limassol (Chypre) le 17 septembre. Sa mission est d’une part d’assurer la surveillance maritime des côtes libanaises, pour éviter d’éventuels trafics d’armes à destination du Hezbollah, d’autre part d’apporter son soutien aux militaires français de la FINUL engagés dans la reconstruction d’infrastructures routières détruites par les attaques aériennes israliennes.

Le bâtiment est dans un premier temps intégré à la TF 470 (CA Magne sur le Siroco) en sous-ordre du CTF 425 italien (porte-aéronef Garibaldi).

Le Courbet fait escale à Beyrouth du 5 au 9 octobre, puis à nouveau à Limassol du 18 au 22 octobre. Entre-temps, les Italiens passe le commandement de la task force aux Allemands, dont la flotte du Nord était arrivé en Méditerranée à la mi-octobre.

Le Panther (36F) en « reco DZ  » du camp du génie à Damour, sud Liban (21 septembre 2006).
Coopération franco-libannaise : Des plongeurs français et libannais en exercice (5 octobre 2006).

L’attitude menaçante d’avions de chasse israéliens, qui a été à deux doigts de provoquer un tir d’auto-défense des casques bleus français de la FINUL fin octobre au Liban sud, suscite une vive réaction de la France. Le porte-parole du ministère français de la Défense Jean-François Bureau précise, que la frégate Courbet a, elle aussi été survolé plusieurs fois par des avions de chasse israéliens alors qu’elle croisait au large des côtes du Liban. Un navire de reconnaissance allemand a connu une mésaventure similaire.

La brigade de protection du Courbet et des commandos libannais, après un exercice commun (1er octobre 2006).
Sur la plate-forme hélicoptère au poste de mise en garde opérationnel à Beyrouth (28 octobre 2006).

Le 2 décembre 2006, la frégate Surcouf prend la relève de la frégate Courbet, qui participait jusque là à la surveillance côtière du Liban, en coopération avec la TF 448. La passation de suite entre les deux bâtiments a lieu au large des côtes sud de la Crête. Le Courbet est de retour le 6 décembre au soir à Toulon.

La frégate Courbet à quai, au poste 4 du port de commerce de Beyrouth (novembre 2006).
Inspection générale par le CV Rollin, adjoint organique à l’amiral commandant la force d’action navale (6 décembre 2006).

Une inspection générale par le capitaine de vaisseau Rollin, adjoint organique à l’amiral commandant la force d’action navale a lieu le même jour. Précédant les permissions de Noël, un tir Exocet MM40 a lieu le 12 décembre. Son succès confirme, une fois encore, la fiabilité de ce missile anti-navire.


L’Arago et l’Odet lors d’une démonstration de lutte contre l’immigration clandestine, au profit de l’agence européenne Frontex (20 mars 2007).

2007 : Exercice Tapon ; Retour au Liban

De retour de permissions, l’équipage du Courbet entame une période d’IE (Indisponibilité pour Entretien), du 22 janvier au 16 mars, qui est marquée par un travail de fond permettant de redonner du potentiel au bâtiment dans la perspective de ces futures missions.

A l’occasion de cet arrêt technique des nouveaux Affûts Légers Portables Démontables(ALPD) viennent prendre place à l’avant, au niveau de la fosse de 100mm, et à l’arrière, sur la plate-forme hélicoptère. Ils permettent l’ajout de quatre mitrailleuses de 12,7mm qui peuvent être montées rapidement en cas de besoin, et complètent l’arsenal de lutte contre les menaces asymétriques.

Le 20 mars a lieu une sortie à la mer pour essais. Le même jour, le Jean de Vienne, leCourbet, l’Arago, la Carangue, et la vedette de gendarmerie maritime Odet, participent à une démonstration de l’action de l’état en mer, au profit de responsables de l’agence FrontexL’agence Frontex a pour but la coordination et l’étude des moyens de lutte et de prévention contre l’immigration clandestine au sein de l’Union Européenne. La démonstration est marquée par une une simulation de détection et d’interception d’un navire chargé d’immigrants illégaux tentant de débarquer sur les côtes varoises, la Carangue étant chargée de jouer le rôle du navire identifié.

Une délégation de la frégate Courbet lors de la cérémonie EUROMARFOR, prélude à l’exercice Tapon. (avril 2007).
Ravitaillement à la mer pendant l’exercice Tapon (avril 2007).

Invitation à la mairie de Saint Tropez à l’occasion de la fête nationale.

Après un période de permissions-gardiennage du 24 mars au 9 avril, le bâtiment participe à l’exercice Tapon (11 au 26 avril) dans le sud de l’Espagne, à l’invitation de la marine espagnole. Cet exercice qui entre dans le cadre de l’EUROMARFOR est l’occasion de s’entraîner mutuellement en simulant un scénario de crise au cours duquel les bâtiments sont engagés sous mandat de l’ONU.

A cette occasion, le Courbet relâche à Carthagène (13 au 15 avril) où il retrouve de nombreux bâtiments espagnols dont le porte-avions Principe de Asturias, les frégates Juan de BourbonReina SofiaCanarias, les sous-marins Galerna et Siroco, les TCD Galicia etCastilla, le pétrolier-ravitailleur Patino, un patrouilleur type Barcelo, le remorqueur La Grana. Les bâtiments des autres nations étant l’aviso-escorteur portuguais Joao Belo, la frégate turque Turgutreis, et la grecque Nikiforos Fokas.

Du 13 au 15 juillet, le Courbet est au mouillage en baie de Saint-Tropez, à l’invitation de la municipalité, à l’occasion de la fête nationale. Un diner officiel réunit quelques personnalités à bord le 13 au soir, puis le lendemain, une délégation du bâtiment participe aux cérémonies militaires en ville.

Du 14 mai au 8 juin, des entraîneurs de la division  » entraînement  » de l’état-major de laforce d’action navale embarquent à bord pour diriger un exercice de mise en condition opérationnelle (MECO). Le 31 août, le Courbet reçoit à son bord la visite de monsieur Alain Marleix, secrétaire d’Etat aux anciens combattants.


A la passerelle du Courbet (septembre 2007).

Du 10 au 14 septembre, le Courbet participe à un traditionnel exercice Gabian, qui réunit plusieurs bâtiments toulonnais. Un autre exercice, Tamouré, est prévu du 17 au 20 septembre ; le Courbet devra toutefois y annuler sa participation suite à une avarie sur sa tourelle de 100mm. Une équipe DCNS est dépêché sur place, en grande rade à Toulon, et répare rapidement le canon, dont un essai de tir, dans la nuit du 19 au 20, confirmera le bon fonctionnement et le retour à la disponibilité.

Le 20 septembre, le bâtiment repart vers la Méditerranée occidentale, avec son hélicopèrePanther et son détachement 36F, pour effectuer une nouvelle mission Baliste le long des côtes libanaises. Le bâtiment prend la suite d’un de ses sisterships, l’Aconit, le 23 septembre à la mer, au large de la Crête.

Depuis le conflit entre le Hezbollah et l’armée israélienne, à l’été 2006, la France maintien au large du Liban une frégate en permanence. Bien que non intégrés au sein de la FINUL, les bâtiments français assurent des échanges quasi-permanent avec la force navale onusienne, sous commandement allemand depuis octobre 2006. Un premier contact est ainsi établi avec l’amiral allemand, commandant la TF448, à Limassol (Chypre), où le Courbetstationne du 28 septembre au 1er octobre). Le bâtiment retrouve ensuite le port deBeyrouth du 6 au 7 octobre.

Le 13 octobre 2007, à la mer au large de Beyrouth, l’équipage du Courbet reçoit la visite de M. Mallet, haut fonctionnaire et ancien secrétaire général à la défense nationale, chargé de la rédaction du « Livre Blanc » qui posera les bases de la réflexion sur la politique de défense et de sécurité de demain.

Le Courbet reçoit la visite de M. Mallet, chargé de la rédaction du « Livre Blanc Défense » (octobre 2007) .
A bord de l’hélicoptère Panther/36F en mission de surveillance maritime au large des côtes libanaises (novembre 2007).

En escale à Herklion (30 octobre 2007).

D’autres haltes ont lieu à Limassol (16 au 18 octobre), suivi d’un exercice avec des patrouilleurs de la marine chypriote le 19 octobre, Héraklion (27 au 31 octobre). Le 4 novembre, à la mer devant les côtes libanaises, le Courbet reçoit la visite du générale Estrate, représentant français au sein de la FINUL. Un bref mouillage en rade devant Limassol a lieu dans la matinée du 7 novembre pour un ravitaillement gazole.


Le capitaine de frégate Marc Aussedat.

Du 9 au 12 novembre, le bâtiment retrouveBeyrouth pour une deuxième escale. Le 16 novembre à la mer, le Panther embarqué à Toulon en septembre, quitte le Courbet, avec une partie du détachement 36F, lors d’un cross-deck avec la frégate Guépratte qui elle rejoint la zone océan Indien. Le même jour a lieu la passation de suite avec la frégate Primauguet, qui prend la relève duCourbet dans le cadre de la mission Baliste.

Après une dernière escale à Haïfa (Israël) du 19 au 21 novembre, le Courbet met le cap sur son port base deToulon, où il arrive le 27 novembre.

Le 13 décembre 2007 à Toulon, le capitaine de frégateMarc Aussedat prend le commandement du bâtiment. Une période de permissions-gardiennage a lieu du 22 décembre au 6 janvier.


Les gagnants du jeu concours « Second Life », organisé par la Marine nationale, sont reçus à bord sous les feux des médias (28 janvier 2008).

2008 : Sous le bérêt bleu de l’ONU

Après une première période de disponibilité à quai, leCourbet effectue deux jours d’entraînement individuel au large de Toulon du 16 au 17 janvier, puis un traditionnel exercice « Gabian » en compagnie d’autres bâtiments de la force d’action navale (21 au 25 janvier), au cours duquel un ravitaillement à la mer avec le BCRMarne a lieu le 22 janvier.

De retour de l’exercice Gabian, le 25 janvier, l’équipage du Courbet accueille les gagnants du jeux concours « Second Life » organisé par la Marine nationale.
Second Life est un monde virtuel sur Internet, dans lequel la Marine avait, quelques semaines auparavant, monté un espace de rencontre de manière à ce que les internautes puissent dialoguer de manière interactive avec différents intervenants venus des forces.
Trois internautes tirés au sort ont pu ainsi gagner une journée à la mer, bien réelle celle-ci, à bord du Courbet.


Passage du détroit de Messine. L’indispensable « homme du câble » se tient prêt plage avant (février 2008).

Baptisées « opération Ecume éternelle », les journées de présentation marine (JPM) ont lieu du 4 au 7 février au large de Toulon.

Ces journées permettent de faire découvrir, à un échantillon de représentants de la société civile et militaire, les principales unités de la Marine nationale, et les opérations qu’elle mène quotidiennement sur l’ensemble des océans : assaut amphibie, évacuation de ressortissants, ravitaillement à la mer, lutte sous la mer, lutte anti-surface, guerre des mines, action de l’Etat en mer et sauvegarde maritime.

De nombreuses unités sont engagées dans cette démonstration : BPC Mistral, sous-marinCasabianca, TCD Foudre, frégates DupleixCassardCourbet, aviso EV Jacoubet, pétrolier-ravitailleur Meuse, chasseur de mines Capricorne, EDIC Rapière, BSAD Ailette, BSRChevreuil, CTM 27 et 28, commando Hubert, avions Super-EtendardHawkeyeAtlantique,Falcon 50, hélicoptères Super-FrelonPanther, ainsi que des Tigre, Puma et Gazelle de l’ALAT.

Après une courte période de préparation à quai, le Courbet quitte Toulon le 15 février pour une nouvelle mission au Liban. A la différence des années précédentes, la France fait le choix d’intégrer le bâtiment sous l’autorité directe des Nations-Unis au sein de la composante maritime de la FINUL.

La frégate Courbet dans la plume (février 2008).

Arrivée en escale à Tarente, Italie (18 février 2008).

Rompant le cycle des missions Baliste, le Courbet va alors intégrer un un Task Group (TG) Euromarfor, au sein de la Task Force (TF) 448, commandée par le contre-amiral italien Ruggiero Di Biase. La mission prend le nom d’Impartial Behaviour.

Après une traversée quelque peu mouvementée par une météo capricieuse, une première escale a lieu à Tarente (Italie – 18 au 20 février), au cours de laquelle a lieu la cérémonie officielle d’activation de l’Euromarfor (20 février).

Suivent deux jours d’entraînement à la mer, avec des bâtiments italiens, puis le Courbetarrive au large de Chypre le 25 février. Le lendemain, un ravitaillement à la mer a lieu avec le pétrolier-ravitailleur néerlandais HNLMS Amsterdam.

La TF448 étant commandée précédemment par un amiral allemand, une relève entre les bâtiments quittants et prenants est effectuée le 29 février à la mer. Cette relève, ponctuée par une revue navale, marque le début officiel de la mission Impartial Behaviour pour le Courbet.

Le Courbet arbore les marques des Nations-Unies : lettres noires sur fond blanc affichées sur la coque et sur l’aéronef. Autre nouveauté, l’équipage n’est pas peu fier de porter le célèbre béret bleu de l’ONU. C’est une première dans l’histoire de la Marine française !

C’est la première fois dans l’histoire de la Marine française, que l’équipage d’un bâtiment porte le béret bleu de l’ONU. Dans la mature on aperçoit le pavillon de l’ONU, celui de l’Euromarfor et celui de tradition du Courbet (mars 2008).

En passerelle à l’arrivée à Limassol (3 mars 2008).

Les patrouilles au large du Liban alternent avec des escales à Limassol (4 au 6 et 28 au 30 mars) et Beyrouth (17 au 19 mars).

Malgré une situation sécuritaire tendue au Liban, l’équipage peut profiter de quelques moments de détente à terre.

Dans le domaine de la coopération avec la marine libanaise, l’envoi d’une équipe technique de 5 personnes pendant 2 jours à Beyrouth permet de réaliser des actions d’entretien au profit de bâtiments de libannais, les EDIC Sour et Damour.

Fin mars, le vice-amiral Teule, chef du CPCO (Centre de Planification et de Conduite des Opérations), embarque pour quelques heures à bord. Une rencontre avec des représentants de l’équipage est organisée à cette occasion.

Le 1er avril, le Courbet passe la suite à la frégate Montcalm au large de la Crête, puis fait retour vers son port base de Toulon qu’il rallie le 6 avril. L’équipage bénéficie d’une période de permissions/gardiennage jusqu’au 20 avril.

Le lendemain, le bâtiment entre en IE (Indisponibilité pour Entretien), une période d’arrêt technique, marqué par des visites préventives sur un diesel-alternateur et des contrôles et améliorations sur les armes et équipements. Cette période est aussi le moment privilégié pour resserrer les liens avec la ville marraine d’Angers, à laquelle une délégation de l’équipage, menée par son commandant, rend visite à l’occasion des cérémonies commémoratives du 8 mai. Une journée d’essais à la mer le 17 février précède une période de permissions-gardiennage jusqu’au 21 juillet.

L’hélicoptère Panther/36F de la frégate Courbet vient d’apponter. Les matelots de pont d’envol s’empressent de le saisiner (février 2008).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s