Les anciens du Deuxième Bureau : un procès qui finit en queue de poisson

L’Hebdo Magazine numéro 2810 du 16 septembre 2011

 

Les anciens du Deuxième Bureau : un procès qui finit en queue de poisson

 

Sous le mandat du président Sleiman Frangié s’ouvre le procès des anciens officiers du Deuxième Bureau. Le dossier traîne longtemps avant d’être clos sur un compromis.

 

Le 10 mars 1972, une mesure disciplinaire est prise à l’encontre du colonel Gaby Lahoud, ex-chef du Deuxième Bureau, qui est mis à la retraite par décret. En parallèle, des décisions mettent fin à la mission des commandants Sami el-Khatib et Georges Harrouk, qui occupaient les postes d’attachés militaires, l’un au Paraguay et l’autre en Uruguay.

Le 19 octobre 1972, des poursuites sont engagées contre ces officiers du Deuxième Bureau pour subtilisation et destruction de documents. Outre Gaby Lahoud, qui se trouvait alors à Madrid, Sami Cheikha et Sami el-Khatib, ce sont Naïm Farah, Kamal Abdel-Malak, Georges Farroukh et Jean Nassif qui sont en cause. Le 18 novembre, un mandat d’arrêt par défaut est émis contre le colonel Lahoud, qui ne s’était pas présenté devant le juge, se trouvant toujours à Madrid.

Réfugiés en Syrie

 

Au début de février 1973, le juge Assaf publie l’acte d’accusation dans ce qu’on appelait désormais l’affaire du Deuxième Bureau. Il réclame alors les travaux forcés contre 16 militaires, accusés de corruption, de dilapidation de fonds, de destruction de documents et d’arrestations arbitraires.

Le rapport final de l’enquête sur l’Affaire du Deuxième Bureau » révèle que « les actes entrepris par le colonel Gaby Lahoud et ses officiers pour résoudre les problèmes de sécurité et consolider l’armée et l’Etat, n’avaient d’autre but que de faire mainmise sur le pouvoir ». Le rapport met en évidence « les interventions des officiers du Deuxième Bureau dans les élections législatives » de 1964, et surtout dans celles du 31 mars 1968, dans les mohafazats du Sud et, plus particulièrement, de la Békaa.

Fin février, interdit de voyage, le colonel Sami el-Khatib réussit néanmoins à se réfugier à Damas, en traversant la frontière à Deir el-Achaër, il est suivi quelques heures plus tard par son collègue Sami Cheikha, qui réussit, à son tour, à passer la frontière à travers le jurd du Akkar, puis par le commandant Kamal Abdel-Malak et le capitaine Jean Nassif. La Syrie accorde à ces quatre officiers l’asile politique.

Le tribunal militaire acquitte les onze officiers présents, faute de preuves, et condamne, par contumace, les cinq officiers fugitifs, à de lourdes peines. Gaby Lahoud en prend pour dix ans de travaux forcés pour dilapidation des biens de l’armée, cinq ans pour arrestations arbitraires, un an pour abus de pouvoir, un an pour actes coercitifs, et un an pour désobéissance aux ordres militaires. Khatib est condamné à huit ans de travaux forcés pour dilapidation de fonds et cinq ans pour arrestations arbitraires, ainsi qu’un an pour abus de pouvoir. Abdel-Malak est condamné à huit ans pour corruption et à trois ans de travaux forcés pour arrestations arbitraires. Cheikha est condamné à six ans de travaux forcés pour dilapidation de fonds et trois ans pour arrestations arbitraires. Nassif est condamné à quatre ans de prison pour dilapidation de fonds.

Le 24 mai 1974, les quatre officiers réfugiés en Syrie, regagnent le Liban au terme de longues négociations entre le Liban et la Syrie, visant à assainir les relations entre les deux pays. Le tribunal militaire les acquitte sous caution. Ils ont alors droit à un nouveau procès. Le Parquet ne se pourvoit pas en cassation, et ils ne sont plus inquiétés. Ils présentent alors une demande au Conseil d’Etat en vue de réintégrer l’armée.

La seule affaire en suspens était celle du colonel Lahoud, qui rentre de Madrid le 20 octobre 1974 et se livre à la Justice. Il est libéré sous caution et acquitté un mois plus tard. L’affaire prend fin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s