Non-lieu pour Haddad (Nouveau Magazine numéro 1302 du 17 juillet 1982)

En envahissant le Sud jusqu’à Beyrouth en passant par le Chouf, les forces israéliennes ont élargi la bande frontalière et il était normal, dès lors, que les soldats de Saad Haddad avancent leurs positions.

Le problème du major reste cependant posé et peut créer des difficultés à l’étape actuelle. En 1973, 1978 et pour satisfaire les revendications de certains commandements, les responsables libanais ont pris des dispositions juridiques à l’encontre de l’officier « dissident » et ont demandé sa comparution devant la justice alors que Ahmad Khatib n’était pas incriminé.

Un politicien avisé a fait remarquer que le seul moyen de s’en sortir est de faire prononcer par le procureur général militaire, un non-lieu en faveur de Haddad.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s