Berry annonce le déploiement imminent de l’armée dans la Békaa et la région de Baalbeck-Hermel

Berry annonce le déploiement imminent de l’armée dans la Békaa et la région de Baalbeck-Hermel

« L’insécurité a chassé de vos régions tous les investisseurs », reproche aux tribus de la région le président de la Chambre.

En prévision d’un vaste déploiement de l’armée dans la Békaa et la région de Baalbeck-Hermel, le président de la Chambre, Nabih Berry, a reçu hier à Aïn el-Tineh plusieurs dizaines de représentants des tribus, familles, forces actives, édiles et moukhtars de la région, auxquels il a annoncé la grande nouvelle.
La Békaa, Baalbeck et le Hermel doivent cesser d’être des paradis pour hors-la-loi, des repaires de rançonneurs, de trafiquants de haschisch et de voleurs de voitures, a affirmé en substance le président de la Chambre. Il ne s’agira pas d’une opération coup de poing, l’armée sera là pour rester. Au besoin nous dégarnirons le Sud pour permettre au déploiement d’atteindre son objectif : le rétablissement de la confiance de la population et la relance économique, a-t-il encore dit.

Et M. Berry de souligner que les investisseurs étrangers et libanais avaient commencé à tourner le dos à la région, en raison de l’insécurité et de l’instabilité qui en marquaient la vie sociale et économique.
« Pourquoi n’entendons-nous plus parler, quand il s’agit de la Békaa, que de vendetta, de rapt, de contrebande et de commerce interdit ? a commencé M. Berry. Pardonnez-moi ma franchise, mais il est temps de parler à cœur ouvert. Certes, la question se pose : sommes-nous responsables de ce qui est arrivé ? Et en toute franchise, la réponse doit être : oui et non. Oui, car nous sommes responsables. Non car la Békaa, depuis l’indépendance, a longtemps vécu en marge de l’État. Pourtant la Békaa était l’un des grands réservoirs humains de l’armée et des forces de l’ordre, et le plus fort exemple est le village de Brital, devenu emblématique comme repaire de voleurs de voitures, alors qu’il s’agit d’un grand réservoir humain pour l’armée. »
« Je sais de source sûre que près de 32 000 mandats d’arrêt attendent d’être exécutés à l’encontre d’habitants de la Békaa, a enchaîné M. Berry. Allons-nous laisser ce sombre aspect des choses l’emporter sur un jour éclatant de blancheur?
Voulons-nous chasser de nos régions tous les investisseurs d’une région jadis considérée comme le grenier de Rome ? Vous le savez peut-être : même des investisseurs originaires de la Békaa évitent désormais d’y entreprendre quoi que ce soit. C’est la triste réalité, et elle est inadmissible. Nous en avons débattu avec toutes les instances concernées, avec les frères du Hezbollah, le chef de l’État, le Premier ministre, les forces armées : la Békaa ne peut plus être une zone franche pour les hors-la-loi. Le déploiement de l’armée y est impératif, non pas pour une opération coup de poing, mais de façon permanente, même s’il faut pour cela dégarnir tant soit peu le front sud. Du reste, je suis convaincu que l’unité interne est un facteur indispensable de toute résistance à l’occupant. »

Promesses
L’annonce d’un déploiement imminent de l’armée dans les régions incontrôlées de la Békaa et du Hermel entre en fait dans le cadre d’un plan global visant aussi à insérer ces régions dans un plan global de développement. Un plan que le gouvernement avait promis de mettre en œuvre il y a deux mois, en pleine campagne d’éradication des champs de haschisch, que la population avait décidé de combattre par les armes.
Dans son discours aux tribus, M. Berry a annoncé une série de projets concrets déjà adoptés par le gouvernement. Les cultivateurs de pavot et de cannabis s’étaient vu promettre, notamment, le développement des canaux d’irrigation et de bassins de retenue d’eau et de puits artésiens, que ce soit au voisinage du lac de Karaoun, de l’Oronte ou du lac de Yammouné. M. Berry a affirmé hier que ces projets allaient se concrétiser.
« Comme nous avons construit le Sérail de Hermel, nous construirons celui de Baalbeck », a dit M. Berry, qui a précisé que 3 millions de dollars allaient être affectés à ce sérail, qui sera la fierté de Baalbeck, au même titre que la cité sportive construite dans le chef-lieu de la Békaa.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s