Allocution du Président général Fouad Chéhab au Cercle des Officiers, le 21 novembre 1959 – LA TACHE DE L’ARMEE

Allocution du Président général Fouad Chéhab au Cercle des Officiers, le 21 novembre 1959

 

LA TACHE DE L’ARMEE

 

Officiers,

Je suis très heureux de me retrouver parmi vous, aujourd’hui, veille de notre Fête Nationale, et cela, à un double titre.

A titre personnel d’abord, parce que cette réunion me permet de vous revoir tous ensemble et de retrouver au milieu de vous une ambiance qui m’est particulièrement chère parce que j’y ai vécu les meilleures années de ma vie.

En ma qualité de Chef de l’Etat, je suis heureux de voir réunie autour de moi l’élite de notre Armée. Et vous savez tout ce que cette Armée représente pour moi. Pendant toute une carrière, je me suis efforcé de lui donner un corps et une âme à la hauteur de sa noble mission et c’est de cette mission que je voudrais vous entretenir quelques instants.

Comme dans tous les pays, notre Armée a la charge de protéger la Nation dont elle est issue. Mais chaque pays a ses caractères particuliers et le nôtre a des particularités peut-être plus accusées encore que tout autre, qui donnent à son Armée une mission plus ample et plus noble.

Partout le premier devoir des militaires est d’apprendre à faire la guerre et de s’y préparer. C’est leur raison d’être et ce doit être leur préoccupation de tous les jours. Mais ils ont au Liban un autre rôle qui n’est guère moins important, fait d’exemple et de valeur éducative.

Vous connaissez le Liban, ses grandeurs et ses faiblesses, vous connaissez nos qualités et nos défauts. Notre Etat n’a pas encore pris, dans la conscience publique, toute l’importance qu’il devrait y avoir. Vous pouvez et devez contribuer grandement à cette éducation, l’Armée cultivant dans son sein les nobles vertus de patriotisme, de fraternité dans la vie et devant les dangers communs, de désintéressement, de dévouement au bien général allant jusqu’au sacrifice suprême.

Etant une grande famille unie qui accueille tous les ans des milliers de jeunes gens venant soit à titre de recrues soit au titre de la préparation militaire, il faut alors que par eux, à travers leurs familles et de proche en proche à travers le pays, l’Armée diffuse les nobles idéaux dont elle est pénétrée et qui doivent faire la grandeur du Pays.

C’est à cette noble tâche que je vous convie, vous qui en êtes l’élite. Donnez l’exemple de la camaraderie la plus franche, du civisme désintéressé, de la confiance totale dans nos destinées communes, du respect de l’Etat et de ses Lois ; ouvrez l’esprit et le cœur de vos subordonnés à ces nobles sentiments pour qu’à leur tour ils les fassent rayonner autour d’eux.

L’Armée aura alors rendu à son pays le plus grand des services en lui donnant le sentiment profond de son unité et la foi dans son destin. Ce sera la plus sûre preuve et la meilleure garantie de son indépendance que nous célébrons demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s